souslesmers.fr RECHERCHE ESPÈCES JOUER CRÉER PARTICIPANTS GLOSSAIRE LIENS
girelle de Gaimard
Coris gaimard scientifique qui a décrit l'espèce en premier et dont le genre à été modifié par la suite décrit par (Quoy, GaimardJean René Constant Quoy : 1790-1869 zoologiste français, Joseph Paul Gaimard : 1796-1858 naturaliste français, 1824)
autres noms : coris à queue jaune, coris bariolé, poisson peigne bariolé, labre clown rouge, girelle rouge
nom anglais : Gaimard's wrasse, clown wrasse, yellowtail coris, red coris wrasse, rainbow wrasse, african clown wrasse, african coris
Labre
Poissons / Poissons osseux / Labre
Taille adulte 20cm - 40cm
Profondeur 1 - 50m

La girelle de Gaimard a la forme et à la livrée très évolutive avec son développement. Dans sa phase terminale mâle, il a une forme allongé possédant une tête bleu foncée à violette avec des stries radiaires bleu vert partant de l’œil noir. La nagoire pectorale est cernée d'un liseré vert à son insertion et possède une base bleue puis vire au jaune paille. Le corps s'éclairci en arrière de la pectorale pour prendre une couleur marron clair allant jusqu'au beige. La partie postérieure redevient foncée mouchetée de points bleu vif se densifiant de plus en plus vers la partie caudale. Les nageoires dorsale et anale sont marron rouge avec une bande longitudinale plus claire à leur base. La nageoire caudale est jaune virant au jaune orangé dans sa partie toute terminale. Dans sa phase pré-terminale, il présente une tête marron clair, striée de bandes vertes radiaires. Après la nageoire pectorale, le corps est globalement foncé et scintille des mêmes spots bleu vif caractéristiques. Les nageoires dorsales et anales sont rouge orangé et la nageoire caudale jaune. En phase initiale femelle, les individus sont plus petits et présente une partie céphalique rouge avec des lignes radiaires moins marquée. La partie postérieure du corps scintille des taches bleus claires. La nageoire caudale est jaune vif. Le juvénile est rouge avec 5 taches blanches cernées de noir placées de sa partie dorsale et descendant verticalement mais partiellement vers la partie ventrale. La 3ème tache blanche étant la plus large. La nageoire anale est rouge cernée à l'extérieur d'un fin liseré bleu. La nageoire caudale est hachurée par une ligne noire, une ligne blanche puis présente une zone rouge s’éclaircissant vers la partie terminale.

Couleurs
mâle

jaune

marron

vert

bleu

violet
femelle

jaune

orange

marron

vert

bleu

violet
juvénile

blanc

orange

rouge

noir
Fiche espèce n°2053 créée par Pierre DUBUS
suivante
Coris gaimard - girelle de Gaimard
[4366]  Pacifique | Polynésie française | Îles sous le vent | Tahaa | Jardin de corail | 1m
Pierre DUBUS | 24 avril 2016
Adulte mâle en station de nettoyage avec un labre nettoyeur - DSC-TX30

Espèces ressemblantes et leur répartition
Indo-Pacifique tropical : Coris cuvieri motifs faciaux partant de l'oeil descendent sur l'opercule ; Coris gaimard
océan Indien tropical : Coris formosa juvénile avec nageoires dorsale et anale noirâtres, grosse tache noire au début de la dorsale.
Les juvéniles peuvent être facilement confondus avec ceux du Coris cuvieri (823) orange-brique avec taches blanches dorsales. Il s'en distinguent par leur nageoire caudale qui est bleu chez les juvénile Coris cuvieri. Ces mêmes juvéniles sont de morphologie très proche de ceux de Coris formosa qui possèdent cependant un ocelle noir sur la nageoire dorsale et une nageoire anale noire. le labre constellé femelle (913) est éliminé sur sa coloration homogène brune s’étendant aux différentes nageoires et sur la répartition plus régulière des taches bleu, plus grosses et moins scintillantes. Vue de manière rapide, la livrée mouchetée des adultes peut faire discuter le mérou céleste (391), mais la forme globale du poisson, l'aspect bariolé de la face (typique des labres et perroquets) et la coloration des nageoires permettent d'éliminer facilement toute confusion.
Coris cuvieri - girelle africaine
Coris cuvieri
girelle africaine
Coris formosa - girelle reine
Coris formosa
girelle reine
Coris gaimard - girelle de Gaimard
Coris gaimard
girelle de Gaimard

Biotope
Coris gaimard vit dans les biotopes suivants : fonds rocheux ou coralliens, fonds sableux, vaseux, détritique.

Généralités
Ces girelles sont timides et solitaires. Elles se nourrissentt de mollusques, crabes, crustacéscrustacé : Arthropode à respiration branchiale possédant une carapace dure. et oursins qu'elles trouvent retournant des pierres et débris coralliens pour les déloger.

Particularités de l'espèce
Coris gaimard fouille le fond en retournant énergiquement les débris coralliens.

Danger
La consommation de la chair de ces poissons peut provoquer une intoxication alimentaire appelée la ciguateraciguatera : intoxication alimentaire liée à la consommation de poissons des récifs coralliens contaminés par une micro-algue toxique qui s'accumule dans les chairs..

Répartition de l'espèce Coris gaimard - girelle de Gaimard
Indo-Pacifique tropical de l'Indonésie à la Polynésie, du Japon à l'Australie.
carte répartition de l'espèce

















Zones de répartition pour la recherche par secteur
L'espèce Coris gaimard - girelle de Gaimard peut être partiellement présente dans ces zonesIndien Est central nord
Indien Est central sud
Pacifique Ouest nord
Pacifique Ouest central nord
Pacifique Ouest central sud
Pacifique Ouest sud
Pacifique Central nord
Pacifique Central sud
.
Carte avec le relief bathymétrique  Carte avec les frontières des nations
Carte de répartition par zone IEcn IEcs POn POcn POcs POs PCn PCs


























Classification cladiste de l'espèce
Clade   Innovations biologiques et caractères dérivés propres
Métazoaires  pluricellulaire, collagène
Eumétazoaires  cavité digestive unique, système nerveux, cellules musculaires
Bilatériens  symétrie bilatérale
Deutérostomiens  système nerveux dorsal, formation de l'anus avant la bouche
Pharyngotrèmes  fentes pharyngées ciliées
Chordés  chorde
Myomérozoaires  développement embryonnaire: segmentation d'avant en arrière du mésoderme en somites
Crâniates  crânes
Vertébrés  vertébres
Gnathostomes  mâchoires
Ostéichthyens  os
Actinoptérygiens  nageoires rayonnées
Actinoptères  vessie gazeuse, os supra-angulaire dans la mandibule inférieure
Néoptérygiens  os symplectique dans l'articulation de la mâchoire
Halécostomes  os maxillaire mobile de la mâchoire supérieure lorsque la bouche s'ouvre
Téléostéens  os prémaxillaire mobile
Genre / Espèce  Coris gaimard

Classification linnéenne
Rang taxinomique   Nom latin   Nom en français
Règne  Animalia  Animal
Embranchement  Chordata  Cordés
Sous-embranchement  Vertebrata  Vertébrés
Super-classe  Gnathostomata  Gnathostomes : bouche ayant une mâchoire
Classe  Actinopterygii  épineux, à nageoires rayonnées
Ordre  Perciformes  Perches
Sous-ordre  Labroidei  Labres
Famille  Labridae  
Genre / Espèce  Coris gaimard  girelle de Gaimard

Autres noms scientifiques non-valides
Coris gaimard gaimard (Quoy & Gaimard, 1824)
Coris gaimard speciosa (Fowler, 1946)
Coris gaimardi (Quoy & Gaimard, 1824)
Coris greenoughii Günther, 1861
Coris greenovii (Bennett, 1828)
Coris pulcherrima Günther, 1862
Julis gaimard Quoy & Gaimard, 1824
Julis gaimard speciosa Fowler, 1946
Julis ganymede Bennett, 1830
Julis greenovii Bennett, 1828
Julis leucorhynchos Bleeker, 1856

Lien sur cette fiche girelle de Gaimard - Coris gaimard
http://souslesmers.free.fr/f.php?e=2053



Les photographies, vidéos et textes de ce site sont la propriété de leur auteur.
Toute duplication même partielle est possible pour une utilisation non commerciale
avec l'accord préalable de l'auteur et en conservant le nom de l'auteur sur les documents.
Tous droits réservés 2006-2018 © souslesmers.fr