souslesmers.fr RECHERCHE ESPECES JOUER CREER PARTICIPANTS GLOSSAIRE LIENS
dragon bleu
ou limace à franges, éolidien serpent
Pteraeolidia ianthina scientifique qui a décrit l'espèce en premier décrit par AngasGeorge French Angas : 1822-1886 illustrateur et naturaliste britannique, 1864
nom anglais snake aeolidian, blue dragon
Nudibranche éolidien
Mollusques / Gastéropodes / Nudibranche éolidien
Taille adulte 12cm - 15cm
Profondeur 2 - 30m

Ce nudibranche éolidien a le corps fin et surtout très long comparé aux autres espèces. Il ressemble plus à une chenille qu'à une limace avec de part et d'autre du corps, des bouquets de papilles courtes dont la coloration varie en fonction des zooxanthelleszooxanthelle : algue unicellulaire vivant en symbiose dans les tissus d'un animal contenues, souvent blanches aux extrémités. A l'avant, les deux grands tentacules tactiles sont blancs et mauves rayés de violet foncé et les deux rhinophoresrhinophore : tentacule sensoriel localisé derrière la tête ou au niveau de la partie antérieure du dos des mollusques opisthobranches. dressés, aux extrémités violettes donnent l'impression d'une paire d'yeux pédonculés.

Couleurs

blanc

violet
Fiche espèce n°452 créée par Jack HARRANG

Pteraeolidia ianthina - dragon bleu
[722]  mer des Moluques | Indonésie | Nord de l''île de Célèbes - Sulawesi | Lembeh | Détroit de Lembeh | profondeur à déterminer
Alain LITZLER | 2007
Photo prise avec un appareil argentique.
Voir le diaporama avec la photo originale.

Espèces ressemblantes et leur répartition
Indo-Pacifique: Pteraeolidia semperi
Généralités
Les éolidiens présentent de nombreuses papilles dorsales servant à la respiration mais également comme moyen de défense. Ce sont des brouteurs de cnidairescnidaires : Animaux munis de cellules urticantes sur leurs tentacules servant à paralyser et maintenir les proies. Ils existent sous deux formes: libres (méduses) ou fixées (corail, anémone de mer). Les principales classes de cnidaires sont les hydrozoaires, les scyphozoaires (grandes méduses) et les anthozoaires (gorgones, actinies, madrépores). tels que les hydraireshydraire : Hydrozoaire dont le cycle reproductif possède une phase polype prépondérante ou unique. L'aspect des hydraires peut évoquer des touffes d'herbes sèches. , et avalent donc leurs cellules urticantes appelées cnidocystescnidocyste : Capsule urticante contenu dans le cnidoblaste. qu'ils neutralisent grâce à un mucusmucus : sécrétion visqueuse et translucide produite par les muqueuses d'un organisme afin de le protèger. digestif. Ils les stockent ensuite dans des petits sacs à l'extrémité des papilles où les cnidocystescnidocyste : Capsule urticante contenu dans le cnidoblaste. redeviendront actifs et assureront cette fois la défense du nudibranche au lieu du cnidairescnidaires : Animaux munis de cellules urticantes sur leurs tentacules servant à paralyser et maintenir les proies. Ils existent sous deux formes: libres (méduses) ou fixées (corail, anémone de mer). Les principales classes de cnidaires sont les hydrozoaires, les scyphozoaires (grandes méduses) et les anthozoaires (gorgones, actinies, madrépores)..

Répartition de l'espèce Pteraeolidia ianthina - dragon bleu
Indo-Pacifique Ouest de la mer Rouge à l'Indonésie
repéré en rouge sur la carte à compléter
golfe d'Aden, mer des Laquedives, golfe d'Oman, mer d'Oman, golfe Persique, mer Rouge, mer de Flores, mer des Moluques, mer des Philippines, mer de Bohol, île de la Réunion, île Maurice, île Rodrigues, Madagascar, Mozambique
carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce

















Zones de répartition pour la recherche par secteur
L'espèce Pteraeolidia ianthina - dragon bleu peut être partiellement présente dans ces zonesMer Rouge
Pacifique Ouest central nord
.
Carte avec le relief bathymétrique  Carte avec les frontières des nations
Carte de répartition par zone


























Classification cladiste de l'espèce
Clade   Innovations biologiques et caractères dérivés propres
Métazoaires  pluricellulaire, collagène
Eumétazoaires  cavité digestive unique, système nerveux, cellules musculaires
Bilatériens  symétrie bilatérale
Protostomiens  système nerveux ventral, bouche avant anus
Lophotrochozoaires  couronne de tentacules ciliés autour de la bouche
Eutrochozoaires  qui ont une larve trochophore
Spiraliens  embryon spiralé
Mollusques  coquille, manteau et radula
Eumollusques  mollusques à corps mou
Conchifères  mollusques possédant une coquille d'une seule pièce au moins à l'état larvaire
Ganglioneures  réduction du nombre de muscles rétracteurs à une ou deux paires
Viscéroconques  tête bien développées avec tentacules
Gastéropodes  estomac dans le pied, torsion de la masse visérale à 180°
Genre / Espèce  Pteraeolidia ianthina

Classification linnéenne
Rang taxinomique   Nom latin   Nom en français
Règne  Animalia  Animal
Embranchement  Mollusca  Mollusques
Classe  Gastropoda  Gastéropodes
Sous-classe  Heterobranchia  
Infra-classe  Opisthobranchia  Opistobranches
Ordre  Nudibranchia  Nudibranches
Famille  Glaucidae  
Genre / Espèce  Pteraeolidia ianthina  dragon bleu

Autres noms scientifiques non-valides
Flabellina semperi Bergh,1870
Flabellina scolopendrella Risbec,1928

Lien sur cette fiche dragon bleu - Pteraeolidia ianthina
http://souslesmers.free.fr/f.php?e=452



Les photographies, vidéos et textes de ce site sont la propriété de leur auteur.
Toute duplication même partielle est possible pour une utilisation non commerciale
avec l'accord préalable de l'auteur et en conservant le nom de l'auteur sur les documents.
Tous droits réservés 2006-2017 © souslesmers.fr